• lire l'article v

Le bar des incorruptibles

tchin-tchin | 19 Septembre 2013

Votre argument est béton. « Non Gustave, je ne suis pas en retard, on ne peut pas être en retard à un endroit qui n’existe pas. » Boum. Parce que oui, le Moonshiner n’a pas ce qu’on pourrait appeler pignon sur rue. Pour découvrir ce bar du style de ceux qui fleurissaient durant la prohibition, il vous faut d’abord entrer dans la pizzeria Da Vito, puis traverser la salle jusqu’aux portes d’un frigo. Vous en ouvrez une et Gustave vous suit, tellement interloqué, qu’il pousse lui-même la seconde. Qu’il se rassure, derrière, c’est un speakeasy.

L’intérieur semble avoir été conservé dans une capsule temporelle. Sales coups, braquages, tonneaux de gnôle cachés dans une vieille Ford dont Eliot Ness n’a pas encore chopé le numéro, tout ici sent l’Amérique des personnages de Cagney et Bogart. Séduit, Gustave arrête de faire la gueule et tente de jouer au mignon en allant vous chercher un verre. Mais ça ne prend pas. Vous êtes incorruptible.

Rosalie

Le Moonshiner

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v