• lire l'article v

L’enquête corsée

tchin-tchin | 31 Août 2016

Il a failli ne pas l’entendre. Ce nom. Encore et toujours ce même nom. Celui que Gustave entend accompagner tous ses cafés, dès l’instant qu’ils sont bons, partout à Paris. “La Brûlerie de Belleville”. Une bande de fous de café qui a réussi, en quelques années, à devenir LA référence en la matière. Décidé à aller au bout de son enquête, corsée comme un bon expresso, inspecteur Gustave se renseigne. Il pose des questions, l’air de rien, accumule les informations. Jusqu’au jour de la délivrance : OUI, la BB a SON café.

Il s’appelle la Fontaine Belleville et prouve, avant tout, la sincérité de ses occupants. Ici, on n’a pas essayé de pondre un énième “concept-coffee-shop”, juste un bistrot parisien. Celui-là même que les touristes rêvent de croiser lorsqu’ils visitent la capitale. Le genre de spot qui peut vite devenir culte. Tout y est. A la carte, on retrouve des classiques de la cuisine de bistrot comme le fameux jambon-beurre, mais aussi des vins de toutes les couleurs. Côté déco on apprécie les belles chaises en osier et toute la typo peinte à la main par le maître Ged Palmer. Le petit truc en plus, c′est le muesli du petit dej, la salade de quinoa du midi, les cocktails du soir et les charmantes jeunes filles qui remplacent le garçon de café. En attendant une nouvelle enquête, l′inspecteur Gustave a trouvé son nouveau repère.

Rosalie

La Fontaine Belleville

Métro : Colonel Fabien

Une histoire de mystère, de café et de joli bistrot.

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v