• lire l'article v

Cocktails et boutons de rose

tchin-tchin | 22 Avril 2013

“Rosebud ? I′ll tell you about Rosebud”. Il vous a emmené sur le balcon, s’est allumé une cigarette en lâchant l’énigmatique sentence et vous regarde par en dessous, d’un air bien trop sérieux pour la conversation. Comme un passage de témoin, votre père se prépare à vous parler de Rosebud. Mais attention, il ne veut pas que son bar à cocktails préféré se retrouve envahi. Vous y inviterez Rosalie et c’est tout ! 

Une fois entré dans ce qui fût un temps le repaire de Sartre et Simone de Beauvoir, vous comprenez pourquoi. Le décor années trente, les barmen tout de blanc vêtus, l’ambiance à la Mad Men… Tout ici confère à l’élégance, la sagesse. Au Gravitas même. En place depuis trois décennies, Michel et Dominique, les deux serveurs vous appellent par votre prénom et fabriquent devant vous la boisson de votre choix. Assis au bar en zinc, au milieu de cet endroit qui force l’humilité, vous vous surprenez à regarder Rosalie, plus belle encore qu’hier, répétant doucement « Rosebud, Rosebud, Rosebud ». Il y a des mots qui restent.

Gustave

Le Rosebud

Métro : Edgar Quinet

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v