• lire l'article v

Buvez à la santé d′Orson Welles

tchin-tchin | 22 Avril 2013

Si Hollywood est la capitale du cinéma américain, son lieu de villégiature favori restera toujours Paris. Les géants de la pellicule y passèrent tous, à un moment ou à un autre, marchant dans ses rues, buvant dans ses bars, dînant dans ses restaurants. Orson Welles le premier y cherchait l’inspiration à grands renforts de vin rouge et la trouva peut-être même une ou deux fois à Lapérouse, dans le VIe.


L’hôtel particulier tient debout depuis 1766 et a servi ce que les muses ont fabriqué de meilleur, de Victor Hugo à George Sand, de Flaubert au créateur de Citizen Kane. Si c’est bon pour eux -si c’est même bon pour Orson- pas de doute, c’est bon pour vous. Une fois vos yeux sortis de la carte, véritable livre d’histoire des spiritueux, expliquez à Rosalie où elle se trouve. Dites lui combien de poèmes, de livres et surtout de films sont nés ici. Dites lui qu’avant de crier « action », les plus grands réalisateurs du septième art venaient y demander l’addition… puis proposez un toast. A l’amour. L’amour, à vos conditions.


Gustave

Bar du Lapérouse

51 quai des Grands Augustins, 75006 Paris
Le site est

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v