• lire l'article v

5 livres à lire cet hiver

dossier

On ne l’entend pas souvent. Comme un carillonneur flemmard qui jamais ne travaillerait. Mais parfois, juste parfois, le son de l’intelligence arrive jusqu’à nous. Quelqu’un dit quelque chose, une phrase prononcée par un ami, un aphorisme entendu au détour d’une conversation, un commencement speech à Stanford et c’est comme si une fenêtre de l’esprit venait de s’ouvrir.

 

Heureusement, il existe un endroit où l’on peut presque assurément retrouver cette sensation. Quelque soit l’âge qu’on a, le pays dans lequel on vit ou le moment de la journée : entre les pages d’un bon livre. Installez-vous, imaginez que le mur d’en face est une cheminée de campagne, enlevez vos chaussures et commencez un bouquin. Si vous ne savez pas quoi choisir, on s’est permis une petite sélection de goodreads. Le son de l’intelligence ne s’écoute pas, il se lit. Et on l’entend avec sa propre voix.

 

Gustave

 

1 - Le Casse du siècle
Des documentaires sur la crise de 2008, vous en avez vus. Des articles “de fond”, vous en avez lus. Des pelletés même. Mais soyons honnêtes, vous n’avez RIEN compris. Tout ça parce qu’avant Michael Lewis, personne n’avait pensé à raconter cette surréaliste histoire d’apprentis sorciers pariant sur les dettes des plus démunis à travers les parcours des acteurs principaux du récit. Dans Le Casse du siècle, on parle donc de chiffres, mais surtout de gens. Des vrais humains avec des bras, des jambes, des passés, des avenirs et surtout une conscience à géométrie variable. Fascinant.

--
Le Casse du siècle, Michael Lewis
A commander ici

  

2 - The Great Surge (sortie le 10/11)

Le plus gros secret du XXIe siècle ? Non, non, ce n’est pas une conspiration, pas un coup des Illuminati ni des Reptiliens. C’est bien plus important que cela. Figurez-vous que le monde ne s’est jamais aussi bien porté. Quoi qu’en disent les journaux télévisés et les unes des magazines, la grande pauvreté diminue considérablement, l′illettrisme disparaît peu à peu et un nouveau morceau de la planète que tout le monde pense condamné est en fait en train de se lever. Dans The Great Surge, Steven Radelet, brillantissime économiste américain explique, avec style et passion, que les choses ne sont pas aussi tristes qu’on voudrait bien le croire. Et si on commençait à s’intéresser aux trains qui arrivent à l’heure ?

--
The Great Surge, Steven Radelet
A commander ici

 

3 - Six Jours

“Il y a une Amérique cachée à l′intérieur de celle que nous montrons au monde entier, et seul un petit groupe de gens la voit véritablement.” Dans Six Jours, Ryan Gattis revient, avec un brio atteint nulle part depuis The Wire, sur ces USA de l’ombre, où certaines vies valent moins que d’autres et dont l’un des premiers témoignages fut l’affaire Rodney King, centre narratif du roman de Gattis. Car il s’agit bien ici d’un roman, dans lequel pas moins de 17 personnages vont voir leurs destins se croiser autour de ce moment de tragédie américaine, comme figé dans le temps. Une baffe dans la gueule.

--
Six jours, Ryan Gattis
A commander ici

 

4 - Le Livre des Baltimore
Demandez à n’importe quel auteur : écrire un best-seller est immensément difficile, mais pas autant que d’écrire le livre suivant. La pression sur les épaules de Joël Dicker était énorme, à la hauteur du succès de L’Affaire Harry Quebert. Avec Le Livre des Baltimore, le Suisse relève le défi et balance un page-turner de belle facture, nous emmenant à nouveau sur les traces de Marcus Goldman, héros de L’Affaire. On va de chapitre en chapitre, à la recherche du drame originel des Goldman, cœur d’un récit dont l’intrigue, le mystère et les rebondissements sont à la hauteur du premier succès de Dicker. Et rien que ça, c’est incroyable.

--
Le livre des Baltimore, Joel Dicker
A commander ici
 

5 - Journal d′un loser
Si pleurer devant votre moitié vous pose un quelconque problème d’ego, ne lisez pas ce livre. Pas en public en tout cas. Greg est un jeune homme en colère et qui adorerait que vous le haïssiez. Forcé par sa mère, il va rencontrer une jeune fille atteinte de leucémie et voit, bien malgré lui, une amitié se nouer entre eux. Tout juste adapté au cinéma (ça sort le 17/11 et tout le monde en dit beaucoup de bien), Me and Earl and the Dying Girl existe quelque part entre The Perks of being a Wallflower et Stand By Me de Stephen King. Ou comment la mort entre dans la conscience des jeunes gens et les révèle à eux-mêmes.

--
Journal d′un loser, Jesse Andrews
A commander ici

 

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v